Revue de presse

 Un litige réglé grâce au Comité d'action juridique (220 Ko)
Article de La France Agricole, n°3362, 3 décembre 2010

 Comités d'action juridique : les paysans se réapproprient ensemble leurs droits (701 Ko)
Dossier Campagnes Solidaires, n°237, février 2009

Association soutenue par la

Méthode d'appui aux personnes

Lorsqu’une personne confrontée à un problème comportant des aspects juridiques contacte l'association, elle est mise en relation avec un bénévole qui organise une première rencontre avec tout ou partie de l’équipe (au minimum un binôme).

La dimension collective

Ce premier temps entre ruraux confère dès le départ au soutien un caractère humain, une proximité sociale et géographique. Même si ensuite la personne est suivie par un référent, les étapes clés de l'appui sont toujours abordées collectivement (déplacement sur le terrain, rendez-vous supplémentaires, audiences,...)

Au delà de la mise en confiance, cela permet de ne pas individualiser les problèmes, d'en identifier les éventuelles causes politiques, d'ouvrir la porte à des mobilisations collectives.

Le lien au terrain

Après cette première rencontre, des éléments complémentaires sont rassemblés pour mieux connaître la situation : documents, observations de terrain, rencontres avec le voisinage, entrevues avec les autres parties notamment en cas de conflit.

Cette manière de collecter la matière nécessaire à l'élaboration d'une stratégie de résolution a pour effet de permettre au collectif de faire émerger des solutions du cœur même de la situation, d'éviter d'appliquer des "recettes" extérieures.

La démarche participative

Si un rendez-vous avec le juriste est organisé, plusieurs bénévoles du Comité d'action juridique sont présents. On instaure alors des échanges triangulaires et équilibrés entre la personne soutenue, les bénévoles et le juriste.

Ainsi, la personne ne confie pas son problème au seul juriste, mais participe activement à sa résolution.

Pour plus de précisions sur cette relation :  lire cette fiche (432 Ko).

La participation de l'équipe de ruraux permet de relativiser les éléments juridiques par les contextes familiaux, sociaux, économiques et la personne garde ainsi la maîtrise de son problème.

Y compris sur le plan juridique

Il est indispensable que le juriste adhère à cette méthode, qu’il n’ait pas une attitude d’expert gardien des textes et qu’il mette le droit à la portée et à la critique de tous.

Les bénévoles ont reçu une formation de base et, la pratique aidant, sont capables d’apporter eux-mêmes les éléments de droit.

L'adhésion et la légitimité

Avant d’engager un accompagnement, l’équipe du Comité d’Action Juridique vérifiera qu’elle s’accorde avec la personne sur deux points.

Premièrement, la personne doit adhérer à la méthode de travail : la participation, le collectif, la tentative amiable, etc. Cette adhésion sur la méthode est matérialisée par l’adhésion à l’association et le paiement par la personne de la cotisation correspondante.

Deuxièmement, l’équipe et la personne doivent être d’accord sur l’issue à obtenir. Pour cela, l’équipe se réfèrera aux valeurs de l’association : développement et accès à l’emploi en milieu rural, partage des richesses, progrès social, soutien aux plus démunis, préservation de l’environnement, lutte contre les discriminations.